amour clandestine : sociologie de l'extraconjugalité durable par Pr Marie Carmen Garcia







Invisibles, niées ou condamnées, les amours clandestines durables n’en sont pas moins bien présentes dans la vie sociale. Elles sont le quotidien de nombreux hommes et femmes en couple hétérosexuel ; elles occupent des esprits, des cœurs, des agendas et des hôtels. Ce livre invite à explorer ces « jardins secrets » à partir de l’analyse d’une trentaine de récits de vie et d’un corpus de témoignages recueillis sur Internet, traités sous l’angle de la sociologie du genre et des socialisations.

La « conscience morale », disait Durkheim en 1911, prescrit que « l’acte sexuel » demeure enveloppé « d’ombre et de mystère ». Imaginait-il qu’on traiterait un jour, dans une perspective sociologique, les relations extraconjugales ? Alors que nous allons célébrer le centenaire de son décès, Marie-Carmen Garcia présente une analyse sociologique de « l’extraconjugalité durable ». Il s’agit d’un cas particulier des situations d’« adultère » ou d’« infidélité » dont plusieurs sociologues se sont saisis ces dernières années, et notamment, en Europe, Annette Lawson et Charlotte Le Van. Ce cas particulier ne constitue pas seulement une restriction du champ, il invite à adopter un point de vue spécifique, voire différent. Alors que les approches les plus habituelles de l’adultère considèrent l’infidélité comme un comportement de crise – crise passagère parfois, ou « crise » au sens étymologique du terme, c’est-à-dire qui engage un changement dans l’ordre institué de la relation conjugale – l’axe retenu ici invite à observer la relation extraconjugale comme un mode de vie qu’on pourrait qualifier d’ordinaire. Et pourtant…



cliquer ici pour avoir ce livre

Retour